Faire un don
Des chiens détenus dans une cage

Cambodge : 61 chiens en route vers l’abattoir sont sauvés à la dernière minute

QUATRE PATTES soutient les autorités à l’occasion d’une première confiscation de chiens

23.2.2021

Zurich, le 24 février 2021 – L’organisation mondiale de protection des animaux QUATRE PATTES a pris en charge, ce 21 février, 61 chiens confisqués par les autorités locales à Siem Reap, au Cambodge. Les jeunes chiens, beaucoup ne sont encore que des chiots, étaient en route vers un abattoir à Kampong Cham lorsque des policiers les ont découverts dans un minibus, entassés dans six petites cages. Le chauffeur du bus a immédiatement été arrêté. Bien que le commerce de la viande de chien soit interdit depuis juillet 2020 à Siem Reap, il s’agissait là de la toute première confiscation de chiens destinés à être abattus, réalisée par le gouvernement au Cambodge. 

A la suite de cette saisie, tous les chiens ont été libérés de leurs cages exiguës et temporairement relâchés dans un petit enclos provisoire. En collaboration avec les organisations locales « Paw Patrol Cambodia » et « Animal Rescue Cambodia », QUATRE PATTES s’occupe de l’achat de nourriture et de médicaments pour les chiens affamés. Une équipe de vétérinaires et les autorités locales sont actuellement sur place pour vacciner les chiens et soigner leurs blessures. Les chiens saisis sont aussi bien des animaux de compagnie volés que des animaux errants. 

« Beaucoup sont encore des chiots. Ils souffrent d’épuisement dû à la chaleur et sont gravement déshydratés. On ignore combien de temps les chiens ont dû supporter ce martyre dans la camionnette. Ils étaient extrêmement affamés, ce qui laisse supposer qu’ils n’ont rien mangé pendant plusieurs jours. Nous préparons actuellement un enclos extérieur où ils seront hébergés et soignés en toute sécurité jusqu’à ce que nous leur trouvions un nouveau foyer. Cette toute première mesure de répression prise par les autorités envoie un message clair aux négociants en viande de chien au Cambodge. Ce commerce ne sera plus toléré. »

Dr Katherine Polak, vétérinaire et responsable de l’Aide aux animaux errants de QUATRE PATTES en Asie du Sud-Est

Siem Reap, destination prisée par les touristes, est une plaque tournante du commerce de la viande de chien
Siem Reap est la première province du Cambodge à avoir interdit l’abattage et le commerce de chiens pour leur viande en juillet 2020. Pourtant, selon QUATRE PATTES, elle est toujours considérée comme centre névralgique pour le commerce de viande de chien à l’échelle nationale. Des recherches montrent que des minibus transportent chaque mois environ 3’750 chiens vivants, entassés dans de petites cages, de Siem Reap vers les grands abattoirs de Kampong Cham, Kampong Thom et Skun. Les chiens y sont noyés, poignardés ou pendus, ensuite rasés, éviscérés et vendus par des grossistes à la centaine de restaurants de viande canine répertoriés dans la capitale Phnom Penh. On estime à trois millions le nombre de chiens tués pour leur viande chaque année au Cambodge. Cette intervention inédite de la part des autorités compétentes est considérée comme un signal positif. Depuis 2018, QUATRE PATTES travaille en étroite collaboration avec le gouvernement cambodgien pour mettre fin au commerce brutal de la viande de chien. Ce commerce est non seulement un acte de barbarie envers les animaux, mais il représente également un grand risque pour la santé publique en raison des épidémies de rage et de la propagation des zoonoses qu’il favorise.

Plus d’un million de signatures contre le commerce de la viande de chien et de chat 
Afin de mettre un terme définitif au commerce de la viande de chien et de chat en Asie du Sud-Est, QUATRE PATTES a lancé une campagne tant au niveau international que national au Cambodge, au Vietnam et en Indonésie. Plus d’un million de personnes dans le monde ont déjà signé la pétition pour arrêter ce commerce innommable.  

« Grâce à un travail de sensibilisation et d’information, à la coopération avec les autorités responsables et les associations touristiques, les gouvernements doivent être incités à adopter des lois strictes de bien-être animal interdisant ce commerce ignoble. Cela permettra non seulement de protéger les animaux, mais également les humains. La pandémie actuelle de COVID-19 a révélé les risques liés au commerce d'animaux vivants. Des conditions de détention déplorables, des pratiques brutales, la présence d'animaux malades parmi les animaux sains peuvent également être observés dans le secteur du commerce de la viande de chien et de chat. C’est le milieu idéal pour le développement de nouveaux virus. »

Dr Karanvir Kukreja, vétérinaire et chef de projet de la campagne de QUATRE PATTES en Asie du Sud-Est

En outre, QUATRE PATTES soutient les organisations et les communautés locales de protection des animaux avec des programmes humains et durables pour la gestion de la population de chiens et de chats. QUATRE PATTES est également partenaire des coalitions pour le bien-être animal DMFI (Dog Meat Free Indonesia) et l’ACPA (Asia Canine Protection Alliance), qui s’engagent contre ce commerce en Asie du Sud-Est.

QUATRE PATTES est une organisation internationale de protection des animaux dont le siège est à Vienne, en Autriche. Fondée par Heli Dungler en 1988, l'organisation s'efforce d'aider les animaux dans le besoin avec des campagnes et des projets durables. Le travail s'appuie sur des recherches et une expertise scientifique étayées ainsi que sur un lobbying national et international intensif. QUATRE PATTES se concentre sur les animaux directement sous influence humaine : chiens et chats errants, animaux de ferme, animaux de compagnie et animaux sauvages, y compris les ours, les grands félins et les orangs-outans élevés dans des conditions inappropriées. Avec des bureaux en Australie, Autriche, Belgique, Bulgarie, Allemagne, Kosovo, Pays-Bas, Afrique du Sud, Suisse, Thaïlande, Ukraine, Royaume-Uni, États-Unis et Vietnam, QUATRE PATTES vise à aider directement et rapidement les animaux dans le besoin. www.quatre-pattes.ch

Recherche